Arrivé à un tournant de la vie démocratique de notre pays, l’UNEF Aix-Marseille sort exceptionnellement de sa réserve concernant les élections afin de poursuivre sa mission de défense des droits des étudiants. En effet au regard de la situation de crise que nous vivons depuis plusieurs années aggravées par la politique du président Macron, nous nous devons de prendre position pour donner une suite politique à nos mobilisations et empêcher le retour d’un second tour entre l’extrême droite et la droite extrême, d’où les questions sociales sont évacuées au profit de questions sécuritaires et identitaires absurdes.

­

À la suite de l’analyse des différents programmes des candidats à l’élection présidentielle et à de multiples débats internes entre nos adhérents, nous en sommes arrivés à la conclusion que le seul programme crédible qui défende le mieux nos droits d’étudiant est celui de l’Avenir en commun porté par Jean-Luc Mélenchon. Par conséquent l’UNEF Aix-Marseille appelons à voter pour Mélenchon, avec ce bulletin de vote :

­­

STOPPONS : La privatisation de l’enseignement supérieur, Macron est le président de la plus violente des vagues d’austérité sur les services publics, alors que le coût de la vie flambait bien avant la guerre et la crise sanitaire, le point d’indice des salaires des enseignants sont toujours gelés depuis 2010, et les recrutements peinent à arriver. Les enveloppes de budget ne sont pas à la mesure de l’augmentation du nombre d’étudiant d’année en année, les amphis et les salles de TD sont bondés, la sélection est systématisée en début de licence et en début de master.

Le programme défendu par Mélenchon est le seul assez crédible pour rompre avec cette austérité généralisée en proposant :

  • U n plan pluriannuel de recrutement de 30 000 personnels statutaires sur 5 ans, la titularisation de tou·tes les contractuel·les volontaires,
  • L’augmentation de la valeur du point d’indice à 15%,
  • Un grand plan de construction et de rénovation de laboratoires, de lieux d’enseignement et de vie sociale.
  • L’abolition du recours systématique à la sélection en partant des besoins des étudiants et des établissements.
 ­

STOPPONS l’inquisition du gouvernement Vidal/Macron sur la recherche, après la loi sur le séparatisme, dont les insoumis et Mélenchon ont été les seuls à avoir le courage pour s’y opposer, Macron n’a cessé de chercher à séduire un électorat réactionnaire en prétendant lutter contre le prétendu « islamogauchisme » dans les recherches universitaires actuelles directement repris des discours de l’extrême-droite.

Pour une recherche publique indépendante et tournée vers la planification écologique, Mélenchon est le seul candidat à vouloir :

  • Financer des plans généraux de thèmes de recherche sur des secteurs de la bifurcation écologique,
  • Garantir l’indépendance de la recherche en renforçant les Établissements publics scientifiques et techniques comme le CNRS, l’INRAE, l’INSERM, l’INRIA, etc…
 ­

STOPPONS l’augmentation du coût de la vie étudiante : Macron a annoncé vouloir augmenter les frais d’inscription en cas de réélection, celui-là même qui a orchestré la baisse des APL aussitôt élu en 2017. Sous son règne absolu, le coût de la vie étudiante n’a cessé d’augmenter : +2,50% soit +247,38€ de dépenses par an. De même, la promesse de campagne de Macron en 2017 pour la construction de 60 000 logements n’a pas été tenue.

Mélenchon est le seul candidat à défendre les revendications syndicales des étudiants en proposant :

  • La gratuité de l’enseignement supérieur, de la licence au doctorat, en abrogeant l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant·es étranger·es extracommunautaires ;
  • Une allocation d’autonomie de 1063€ par mois pour tout étudiant du supérieur comme du professionnel,
  • La construction de 15 000 logements universitaires supplémentaires par an,
  • Un service de santé universitaire permettant l’accès gratuit à la santé, à la prévention et à un accompagnement psychologique,
  • Le blocage des prix des produits de première nécessité.
 ­
STOPPONS la répression de la jeunesse au lycée et à l’université, alors que les lycéens ont démontré leur maturité politique par leur mobilisation contre la destruction de l’enseignement secondaire de Blanquer/Macron, les seules réponses du gouvernement ont été des répressions violentes comme celle de Mante-la-Jolie où des policiers ont mis à genoux des dizaines d’élèves.
­
Mélenchon est le seul candidat à reconnaître la légitimité politique des jeunes en voulant :
  • Accorder le droit de vote à 16 ans,
  • Renforcer le droit d’association et de réunion ainsi que la liberté d’expression à l’intérieur des lycéens,
  • Renforcer la démocratie lycéenne en donnant plus de poids dans les décisions aux instances lycéennes,
  • Rétablir le diplôme national du baccalauréat,
  • Abroger les contre-réformes Blanquer/Macron du lycée, de la voie professionnelle et du collège,
  • Rétablir un service public national de l’orientation et rompre avec la sélection systématique en supprimant Parcoursup.
 ­
Stop au carnage des services d’enseignement publics, stop aux choix politiques incompétents qui abandonnent la jeunesse à la précarité !
­
Pour les 10 et 24 avril, seul le vote Mélenchon pourra dégager du pouvoir les politiques néolibérales de Macron ainsi que ses mauvais imitateurs racistes comme Zemmour, Pécresse, et Le Pen. Il ne tient qu’à nous d’empêcher le pire pour les 5 prochaines années !